Mon propos n'a sans doute aucun rapport avec la moto; cependant, il pourrait trouver sa place dans tous les blogs car, avant tout, ces derniers n'ont de valeur existentielles que par la communication qu'ils induisent et donc, un début de partage et de convivialité.

Je viens de perdre quelqu'un de très cher, mon amie d'enfance, emportée par une maladie contre qui elle a lutté à armes inégales. C'est à la veille de ses 58 ans qu'elle a tiré sa révérence.

Depuis son décès je me pose plein de questions :

- est- ce que je me suis suffisamment occupé d'elle ?

- n'aurais- je  pas du aller la voir plus souvent ?

- n'aurais - je pas du partager plus de moments de joie et de douleur avec elle ?

- n'aurais - je pas du être plus tolérant quand des sujets nous opposaient ?

et le nombre de questions s'en va à l'infini, tellement il n'y a pas de réponse ou alors ne sont - elles que des regrets.

On peut philosopher sur la vie, ses aléas, ses raisons, ses contradictions mais , à la réflexion, ne perd t-on pas trop de temps à se poser ces mêmes questions.

N'est -il pas possible de profiter de cette vie avec ses amis, les vrais et tout faire pour qu'à l'ultime étape on puisse se dire :"on n'a rien oublié"

Tout cela pour vous suggérer que si vous avez des Amis, des vrais, de ceux sur lesquels on peut compter sans réserve, à qui on peut tout dire, de qui on peut tout entendre sans jamais se fâcher sans la moindre arrière -pensée, sans pudeur; des Amis avec qui et pour qui,  l'hypocrisie et la jalousie ne sont que des mots que l'on ne sait même pas écrire, alors, gardez les, préservez les , choyez les et même si des idéaux politiques, religieux, corporatistes ou autres  font parfois élever la voix, faites en sorte que cette folie passagère n'entache pas ce qui sans doute est le plus précieux.

On ne choisit pas sa famille, on ne choisit pas ses collègues mais on a la chance de pouvoir choisir ses Amis. Alors, quand ce choix a été fait, s'il vous plaît, ne gâchez pas tout par de vilaines discussions de comptoir parfois au lendemain qui déchante.

Il sera trop tard après de se dire "mais putain qu'est ce qu'on a été con !, on aurait pu faire tant de chose, se dire tant de choses, partager tant d'autres". Le souvenir de cet Ami ne doit pas s'écrire avec des remords mais avec le sourire complice de la vie complètement aboutie.

Non il ne s'agit pas d'un méa-culpa, quoique,  avec Rose Noëlle, mon Amie,  j'aurais aimé en faire encore plus, mais  ces quelques mots ne sont destinés qu'à induire une réflexion profonde sur le comportement de chacun au sein d'un groupe  et avec ses Amis.   

"Profitez de la vie, éloignez la misère" chantait Boris VIAN, mais, CARPE DIEM, putain !!! CARPE DIEM et le plus souvent avec vos Amis......

Désolé pour ce petit nuage mais c'est pour moi une sorte d'exutoire.

rose

Avel Mat