CHAPITRE 9 

Il ne faut guère plus de deux jours  à Tristan pou rejoindre le hameau de Rennes Le Château. Les quelques masures blotties autour de l’église n’abritent que quelques habitants qui ne se rendront même pas compte du passage de notre héros.

Il pénètre dans l’église. Elle est bien modeste avec son petit autel de pierre . Il sait que le trésor qu’il doit dissimuler en ce lieu est d’une valeur inestimable. Pourtant loin de ce qu’on pourrait croire, il ne s’agit que d’un parchemin dans lequel sont faites des révélations dont  seul des initiés doivent prendre connaissance.

Tristan a donné sa parole. Il donnera sa vie pour sauver le document et jamais ne le consultera. On lui a désigné cet endroit insolite pour l’y déposer et il ne comprend pas pourquoi. Il y a peu de caches susceptibles de protéger ce secret pour lequel des centaines de personnes sont mortes.

Pour y réfléchir, il prend appuis sur l’autel sur lequel ne se trouve qu’une modeste croix de bois. Ce faisant, il se rend compte que le plateau est instable. Il décide de le déplacer et découvre que l’un des piliers est creux . Coïncidence ou destin ? Il ne se pose pas plus de questions et d’ailleurs il ne lui reste guère de temps avant que les fidèles ne se présentent pour l’office du soir. Il introduit le parchemin dans la cavité, replace la table qui du coup est devenue stable et quitte l’église.

Il faudra  attendre plus de six siècles pour qu’un abbé découvre le document  et fasse fortune sans que le message que contient le parchemin ne soit délivré  aux populations. Les initiés ont sans nul doute pris connaissance de ce message. L’abbé est mort sans piper mot, pas plus d’ailleurs que sa fidèle servante. Ainsi naissait le mystère de Rennes Le Château….

Nous sommes en 1270 ; Tristan vient de refuser l’offre de Saint louis de participer à la huitième croisade . Il essaye d’ailleurs d’en dissuader le roi qui fera fi de ses conseils avec l’issue que l’on connaît.

L’avènement de Philippe le Bel , fillaud d’un convoyeur ramène Tristan à la cour. Avec son ami Philippe qu’il appelle volontiers Philou, il invente ce que plus tard on appellera les états généraux  en convoquant des assemblées représentants les différents classes sociales pour prendre des décisions.

Mais notre amis a soif d’aventures et reprend la route sur son cheval ( chwall), toujours un cheval de trait pour rester fidèle aux conseils de BMW.

D’ailleurs, il prend la direction de l’Hispanie pour profiter un peu du soleil et parce qu’on dit le plus grand bien de ses habitants et de ses paysages.

Après plusieurs semaines de voyage qui lui ont fait revisiter les Corbières, il franchit les Pyrénées et gagne l’Andalousie.

Il découvre à ses dépends que là bas, les taureaux vivent en liberté et n’aiment pas trop les étrangers.

L’un d’entre eux, d’ailleurs, qui a pris Tristan en grippe, décide de lui faire goûter de ses cornes. Dans un dernier sursaut, il arrive à faire dévier la bestiole en agitant un arrangement en Patch rouge qu’il tient de son passage chez BMW et que lui a offert Dame Marie – Anne. Se prenant au jeu, il réédite l’expérience pour se rendre compte que l’animal est attiré par cette étoffe rouge.

Il se dit alors qu’il y a peut être quelque chose à faire avec ça mais quoi ?…..

Fatigué par tant d’émotions, alors qu’il médite dans un bosquet  près d’un feu de bois, au crépuscule, essayant de remémorer la recette du Kèzeukourreu à la cervoise, il est interrompu dans ses pensées par un cavalier à la triste mine flanqué d’un ladre aussi rond que haut.

Armé d’une lance ressemblant fort à celle utilisée dans les tournois dont Tristan est féru, le cavalier, coiffé d’une cuvette de barbier l’ invective et lui demande : « Ami ou ennemi ? »

Tristan qui a appris à négocier répond « Ami », ce qui suffit à calmer les ardeurs de ce personnage un peu particulier.

Tout au long de la nuit, ce dernier lui parle de ses combats contre des moulins censés cacher des armées et autres ennemis voulant l’empêcher de retrouver sa dulcinée.

« Là, c’est chaud se dit notre ami » qui décide de fausser compagnie à ce personnage qui , ce constatant le lendemain, fera triste figure d’où l’expression que tout le monde connaît.( comme ça au moins on sait pourquoi il faisait la gueule !)

Il se souvient des paroles du Captain Krapps qui lui a indiqué un soir de juin, que plus au sud, vers la droite, au Portugal il existe des marins prêts à tout tenter pour découvrir de nouveaux mondes. N’étant pas pris par le temps, il prend la direction de Lisbonna.

Tristan a entendu parler d’un île au nord de la mer d’Iroise, où les gens sont passionnés de courses et détestent les chats au point de leur couper la queue. L’île est animée, tous les ans au mois de juin, par une semaine de course sur une piste qui en fait le tour. Il aimerait bien s’y rendre histoire de …

Le temps passe vite . Nous sommes désormais en 1491. Tristan a fait connaissance avec un marin d’origine italienne qui se fait appeler Christophe l’intestin. Il faut dire qu’il a une bonne descente.

Notre ami réussit à faire accepter à son nouvel ami, en quête d’une nouvelle route vers les Indes,de faire un petit détour par l’île aux chats à la queue coupée. En échange il lui délivrera le secret d’un gâteau à bas de fromage et aux multiples variantes.

En avril 1492, il embarque sur le Sainte Marie. Christophe l’Intestin qui n’a rien dit de ce projet à ses sponsors, , donne rendez - vous aux capitaines de la Pinthe  et de la Fillette,  au large de Lisbonne courant août, pour aller aux Indes.

Fin avril, il font halte à Lorient. Tristan voudrait savoir ce que sont devenus Captain Krapps et ses descendants.

Sur place après quelques recherches, un certains Mano, lui dit qu’un des descendants du Captain est propriétaire d’un terrain près de Carnac et qu’avec sa tribu il exploite des champs de pierres dressées aux origines incertaines.

Notre ami décide d’y aller voir. En effet, peu après Carnac, il découvre un endroit  assez bizarre, planté de pierres dont l’entrée est indiquée par : « tribu de Danna ».

Il est accueilli par un type au regard inquisiteur qui lui dit : « Ça c’est bon , hein !! » Tristan est rassuré , il est sûr désormais d’avoir retrouvé le fillaud du marin.

« Je t’attendais, dit ce dernier à notre Tristan ébahi , je sais que tu es pressé mais tu dois me donner un coup de main pour donner une correction à ce margoulin de SpiceWurst qui nous a manqué de respect.

A l’époque, on appelait spicewurst,  ces saucisses de couleurs rouges fabriqués par les Sarazins à base de viande de mouton et de bœuf et très épicées .

Celui qui est affublé de ce surnom exerce en tant que convoyeur de malades vers les lieux de pèlerinage druidiques où les gens sont soignés avec des potions plus ou moins magiques.

Le différend qui oppose nos deux personnages est suffisant pour que des comptes soient à rendre.

Tristan qui ne peut échapper à son destin, accepte de prêter main forte au chef de la tribu des Danna.

L’affront sera lavé lors d’une course en trois tours des monts d’Arrée. Tristan doit assister Danna dans la préparation de son cheval, un superbe Auvergnat noir à fière allure.

Son adversaire monte quant à lui un italien du nord à la robe jaune, acheté chez le Duc Athi.

Tristan délivre à Danna les secrets qu’il tient des Comtes de Rüchlingen et de Roswel et de Philou le Mousseur, cavaliers rompus à tous les terrains et détenteurs de ficelles pour gagner une course telles de fermer les portes ou de faire l’intérieur…..

Au cours de cette course qui dure 24 heures, Danna met un tour à  Spicewurst  qui  dégoûté par une telle leçon s’enfuit vers l’orient et rejoint une secte de cavaliers sans histoire.

Tristan qui est conscient du retard qu’il fait prendre à Christophe l’intestin qui commence à avoir la courante, met fin à cet intermède pour reprendre la mer, celle d’Iroise maintenant pour rejoindre l’ïle aux chats à la queue coupée…… ;

Vers la Nouvelle Ville