Avec la Batavieren Treffen et les Eléphants, la concentre des Cathares à LAVELANET dans l'Ariège, en Juillet 1972, reste l'un de mes plus beaux souvenirs de motard.

DSC00036

En raison de la période, nous ne fûmes que quatre à faire le déplacement en Ariège : Philou, son épouse de l'époque Jocelyne, mon cousin François et moi.

Nos partîmes donc, de STIRING, à deux motos, Philou sur sa Quatre pattes Honda et moi sur ma 500 béhème, un vendredi soir après le boulot vers 23 heures 30 . A l'époque nous travaillions chez Villeroy et Boch à METTLACH.

1200 km nous attendaient pour rejoindre nos deux amis, Patrick ESCALLIEER et sa compagne Marie Claude qui faisaient partie du club organisateur.

Partick_Escallier_07___1972

Patrick

Une première étape nous amena jusqu'à un petit village près de LANGRES d'où nous dûmes partir en toute hâte, une bagarre générale ayant éclaté dans un bistrot où nous comptions boire un café. Le ton menaçant de certains consommateurs qui nous invitaient à dégager rapidement fit  que nous ne demandâmes pas notre reste et poursuivîmes notre route.

Après DIJON, nous prîmes l'autoroute. Il commençait déjà à faire jour. En ce début d'été les voitures de vacanciers étaient nombreuses et Phil et moi, à près de 200 compteur, nous amusions à zigzaguer entre les véhicules, doublant parfois à gauche et à droite en même temps.

Peu après VALENCE, nous quittions l'autoroute pour emprunter les nationales et les départementales.

La fatigue commençait à se faire sentir. Avant d'attaquer la route des Corbières, soit une centaine de kilomètres de routes de montagne pratiquement sans ligne droite, nous nous accordîmes une petite pause aux environs de CARCASSONE.

Nous eûmes beaucoup de difficulté à descendre des motos tellement nous étions ankylosés. Philippe s'accorda une petite sieste réparatrice.

Nous reprîmes la route pour la dernière étape.... Un festival de virages et de paysages magnifiques. Merveilleux pays d'Olmes !

Vers midi et demi, soit après 12 heures de route, nous arrivâmes chez Patrick. Celui ci avait eu la bonne idée de nous installer une grande tente dans son jardin, ce qui nous avait économisé des bagages et du boulot...

Après avoir fait connaissance avec toute la famille nous eûmes droit à un repas bien arrosé et réparateur. Une bonne sieste plus tard, nous gagnions le lieu de la concentre pour nous inscrire et participer aux diverses activités proposées.

Le samedi soir, le père de Patrick nous fit visiter la région en voiture, nous racontant des histoires sur une communauté dont je n'avais aucune idée : les Cathares. Les récits passionnant qu'il nous en fit déclenchèrent par la suite, chez moi, une véritable passion pour cette période trouble de l'histoire de France.

Le dimanche matin, un défilé organisé par le moto -  club local, nous emmena à MONTSEGUR, haut lieu de la tragédie cathare. Les ruines du château et le pré des "cramés" où furent brûlés vifs, plusieurs centaines de Cathares, nous fit forte impression.

Monts_gur

Le mythe de Montségur dans la bulle

Cathares_1972__2

De gauche à droite : Marie - Claude, Patrick, Philou, Jocelyne, ma pomme en haut François..

De retour au camp, nous partageâmes un déjeuner de spécialités locales. La remise des coupes qui s'en suivit, nous classa premier des clubs participant et nous raflâmes aussi la coupe remise au club venu du plus loin.

Cathares_1972

Félicitations !!     Merci.....

Peu enclins à reprendre le chemin du retour, nous décidâmes de ne rentrer que le lundi. La personne chargée de prévenir l'usine ayant bouffé la commission, je me fis virer de la boîte à mon retour....

Qu'à cela ne tienne, on avait fait une super virée et j'avais beaucoup appris dans le sillage de mon pilote préféré.

Le retour fut long, long et c'est tard dans la soirée du lundi que nous arrivâmes en Moselle, avec une grosse fatigue.