Du haut de ma béhème je n'avait même pas remarqué ce mec de SCHOENECK, sur sa Flandria, bruyante pourtant !

Le hasard qui, a des fois la bonne idée de bien faire les choses, nous réunit dans la même classe du Jean Moulin votre serviteur, Stan, Jean Marie, le notaire et lui.

Rapidement les liens se nouent autour d'un même sujet qui nous envahit. Que soient bénies ces années 70, où, autour de la même passion, se nouent des amitiés qui, contre vents et marées, affronteront tous les tourments de la vie pour perdurer 40 ans et au delà.

Plus que  cette passion, il faut des hommes et le rationnel a du mal à trouver sa place pour expliquer comment ce lien n'a jamais été rompu, devant faire face à des caractères affirmés, sans concession au banal et au superflu.

Vu de l'extérieur, et compte tenu de nos origines, aussi diverses que nos vies, rien ne nous prédisposait à ce parcours , ma foi, assez hors du commun. La moto n'explique pas tout.

Une deux et demi et une 500 Honda plus tard, le ciment avait pris et faisait tache d'huile.

250_Honda_Michel_1971 500_honda

Michel, par son caractère affable , généreux et mu par l'insouciance caractéristique de notre jeunesse devenait tout naturellement un pilier de notre groupe naissant, pour devenir, au siècle suivant, l'un des rassembleurs et le port d'attache de ce groupe intemporel.

Evoquer le nombre de moments  inoubliables et intenses que nous avons vécus depuis lors avec lui, nécessiteraient plus qu'un blog. Référence s'il en fallait une, ce chevalier de la route inspire le respect pour sa fidélité à notre noble monture et surtout à ses amis, d'ici et d'ailleurs. Exercice inutile, j'ai essayé de faire le compte de motos qu'il a possédées, en vain.

Michel_2

Facteur complice à ses heures, un brin sentimental, il est comme nous tous qui s'enorgueillons du titre de Motosapiens, un être, humain, qui cache derrière une apparence trompeuse de blasé, un coeur gros comme ça !

Jamais le dernier à lever son verre, ce sera toujours à la santé des autres, au détriment de la sienne, parfois.

Michel_3

Je ne voudrais pas tomber dans des banalités mais il est un de ceux sans qui notre groupe n'aurait plus le même sens et la même saveur.

Nous te voulons indestructible, vieux frère de la route et de la côte, car si j'ai bonne mémoire tes racines côtoient celles des algues bretonnes.

J'ai bien peur qu' après avoir esquissé ton portrait, ceux qui suivent ne soient bien fades; car, soyons honnêtes, quand on a bouffé le noyau, il ne reste plus rien de savoureux.

Michel_Guzzi

Honni soit qui mal y pense;  malgré tout ce qui nous lie aux autres encore de ce monde, personne  ne peut se targuer de faire partie de cet édifice solide comme un roc et impénétrable comme le plus grand secret de l'humanité.

C'est encore une banalité mais c'est tellement évident.... ce qui nous scelle, c'est notre ressemblance à bien des égards et une espèce de fidélité à une serment dont ne nous connaissons même pas le teneur.

Let it be.